Notre histoire


Habitat du Gard : Plus de 80 ans au service des Gardois

Cité Séguier d'origine
Vue aérienne de la Cité Séguier des années 30

Habitat du Gard est né le 18 mars 1922, sous l’impulsion du Conseil général du Gard et sous le nom « d’Office Public d’Habitations Bon Marché » (OPHBM).

L’objectif de l’Office du Gard est de lutter contre les taudis, la dénatalité et la mortalité, en mettant à la disposition principalement des familles nombreuses ouvrières, des logements sains, agréables et à des prix bon marché. Il entreprend pour cela la réalisation de 480 logements.

En 1950, l’appellation « Habitations à Loyer Modéré » (HLM) remplace l’expression « Habitations à Bon Marché ». L’Office HLM du Gard est "né". De 1956 à 1975 c’est une période de construction intensive : A Bagnols-sur-Cèze, 1672 logements sont construits avec l’implantation et le développement du centre d’énergie atomique de Marcoule.


A Nîmes c’est l’urbanisation du Chemin-Bas d’Avignon avec 1990 logements, puis du Mas-de-Mingue et du secteur de Courbessac avec 500 logements et enfin, à partir de 1963, de la Zup de Nîmes Ouest avec 2856 logements sur Pissevin et Valdegour.

L’Office Public HLM du Gard s’implante également à St Gilles, Vauvert, Beaucaire, le Grau-du-Roi, Uzès et Le Vigan.

A partir des années 80, l’Office HLM 30 s’oriente vers la construction de petits collectifs à la place de grands ensembles. Les réhabilitations se développent pour adapter les logements anciens aux nouvelles normes et aux besoins de nos locataires.


Depuis le milieu des années 90, l’Office Public HLM 30 réalise de véritables opérations de rénovation urbaine à travers des opérations de démolitions-reconstructions (Cité Séguier). "Les HLM du Gard" sont donc précurseurs des programmes lancés quelques années après par l’Etat.

En novembre 2003, l’Office Public HLM change de nom et devient Habitat du Gard.

Un nouveau nom, une nouvelle identité, un nouveau logo plus moderne, plus adapté à notre époque et plus représentatif de ce que nous construisons désormais. Il est porteur d’un message, d’une image qui sont aussi ceux de nos locataires. Il met l’accent par ses formes et ses couleurs sur notre lien avec le Conseil général
et sur nos programmes d’habitat à taille humaine.

En mars 2005, Habitat du Gard, devient le 1er acteur des opérations de rénovation urbaine sur le territoire de l’Agglomération de Nîmes. Parallèlement, Habitat du Gard se lance dans une nouvelle phase de développement et de construction importante pour répondre aux besoins des Gardois en matière de logement.

Le 3 février 2007, comme tous les Offices de France, Habitat du Gard est devenu Office Public de l’Habitat, adoptant ainsi le statut d’Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial. Cette transformation n’entraine aucune modification dans ses missions. Habitat du Gard reste au service de ses locataires et de ceux qui aspirent à le devenir.

Au 1er janvier 2014, Habitat du Gard a fusionné avec l’OPH du Pays Grand Combien et ouvert une nouvelle agence de proximité, l’Agence des Cévennes, à la Grand Combe.


Aujourd’hui, avec 15 572 logements, et 1 638 places en foyers (maisons de retraite, cité U...) Habitat du Gard est présent sur 73 communes du département et multiplie les projets de constructions avec plus de 800 logements en chantier ou en préparation


Haut de page